A découvrir : Ethel Brizard est une artiste aux multiples facettes…

Ethel Brizard - Piensa en miDès l’âge de cinq ans, Ethel Brizard a com­men­cé à  étu­dier le vio­lon. A 15 ans, elle connais­sait tout le rôle de Madame Butterfly par cœur. Bien sûr, elle n’a­vait pas d’i­dée pré­cise de car­rière en tête mais elle aimait la musique, toutes les musiques : le Baroque, Mozart, Beethoven, les com­po­si­teurs Italiens du 19ème siècle, Debussy, Ravel, Tchaïkovski, Poulenc, Gershwin mais aus­si Marlène Dietrich, Barbara, Nina Simone, Julie London…

Quelques années plus tard, à  l’âge de 17 ans, elle com­mence à  prendre des cours de théâtre et rejoint une troupe pen­dant trois ans, avec laquelle elle connaît ses pre­mières expé­riences scé­niques.

C’est au même moment qu’elle com­mence à  étu­dier le chant lyrique auprès de Rehana Udin puis de Christiane Patard, d’Eric Demarteau, d’Elizabeth Proccuronoff et enfin de Jean-Louis Calvani avec lequel elle tra­vaille aujourd’­hui. Elle a éga­le­ment appro­fon­di sa connais­sance du réper­toire auprès de chefs de chants comme Antoine Palloc et Marie Dibbern.

C’est sous forme de réci­tals qu’elle s’est pro­duit le plus sou­vent, seule ou en duo, dans des réper­toires très dif­fé­rents : lie­der alle­mands, mélo­dies ita­liennes, mélo­dies de Ravel, De Falla, Poulenc, grands airs d’o­pé­ra… C’est ain­si qu’elle pu faire des ren­contres musi­cales fer­tiles qui lui ont per­mis de décou­vrir de nou­veaux réper­toires. Elle a par exemple col­la­bo­ré avec le jeune chef d’or­chestre Léonard Ganvert avec qui elle abor­dé le réper­toire de musique sacrée allant de Bach à  Schumann.

Elle a éga­le­ment eu le plai­sir de par­ti­ci­per à  la créa­tion d’une œuvre contem­po­raine com­po­sée par Jacques Charpentier en hom­mage à  Olivier Messiaen. C’est aus­si avec beau­coup de plai­sir qu’elle est venue à  l’o­pé­rette à  tra­vers les rôles de Clairette dans La fille de Madame Angot et Marie dans les Mousquetaires au couvent.

Elle pré­pare actuel­le­ment un réci­tal de mélo­dies de Poulenc où seront mêlées lec­tures de cor­res­pon­dances, de poèmes et mélo­dies.

Toujours dans un sou­ci d’é­clec­tisme, elle col­la­bore depuis quelques mois avec une cho­ré­graphe et sa troupe de dan­seurs contem­po­rains, dans le cadre d’une créa­tion où le chan­teur tra­vaille sur le pla­teau en inter­ac­tion avec les dan­seurs.

Passionnée de ciné­ma, elle a créé un spec­tacle où elle par­court un siècle de chan­sons de films en inter­pré­tant les plus grands stan­dards de Marlène Dietrich, Marilyn Monroe, Rita Hayworth, Jeanne Moreau,…

Reste la cui­sine qui tient une place de choix dans sa vie. C’est son espace de jeu. On peut tout essayer en cui­sine, c’est un champ de créa­tion incroyable où l’on est seul à  tra­vailler avec son ima­gi­na­tion et ses sou­ve­nirs gus­ta­tifs. Il lui arrive par­fois de col­la­bo­rer avec des chefs, qui dirigent cette fois-ci une bat­te­rie de cui­sine plu­tôt qu’un orchestre.

Elle anime d’ailleurs un blog de cui­sine dans lequel elle raconte ses expé­riences culi­naires : http://ethelbrizard.wordpress.com

Vous pou­vez l’ap­pré­cier à  tra­vers cette reprise de « Piensa en mi » extrait du film « Talons aiguilles ». Mais ce n’est pas qu’une femme de talons, c’est aus­si une artiste de talent à  décou­vrir lors de ses pro­chaines repré­sen­ta­tions 😉

À propos : Fabien

Après avoir travaillé le chant au Centre d'Arts Polyphoniques de Paris, il entre en 1995 au Conservatoire de Gagny où il est l'élève d'Evelyne Razimowsky en classe de Chant et de Jean-Louis Calvani en classe d'Art Lyrique. Il poursuit ensuite son perfectionnement avec Florence Montana au Conservatoire de Vincennes, puis au Conservatoire de Musique de Nouvelle Calédonie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.