Accueil / A voir / « Bintou Wéré », le premier opéra africain, présenté en France en octobre au Théâtre du Châtelet

« Bintou Wéré », le premier opéra africain, présenté en France en octobre au Théâtre du Châtelet

Le pre­mier opé­ra com­po­sé et inter­pré­té par des Afri­cains, inti­tu­lé « Bin­tou Wéré – Un Opé­ra du Sahel », sera pré­sen­té en octobre pro­chain à Paris, huit mois après la pre­mière mon­diale à Bama­ko, a-t-on appris jeu­di auprès des ini­tia­teurs et acteurs depuis Dakar.

« La pre­mière mon­diale a eu lieu à Bama­ko le 17 février der­nier (…). Nous serons à Paris en octobre », à par­tir du 25, pour une série de spec­tacles, a annon­cé à l’AFP le chan­teur séné­ga­lais Ibra­hi­ma Lou­card dit Car­lou D., un des inter­prètes de cet opé­ra.

Le direc­teur du Théâtre du Châ­te­let à Paris, Jean-Luc Cho­plin, s’était déjà réjoui de pou­voir accueillir « le pre­mier opé­ra afri­cain », les 25, 26 et 27 octobre, en pré­sen­tant à la presse au prin­temps der­nier la sai­son 2007/2008 de son ins­ti­tu­tion.

L’évènement ras­semble de grands noms de la culture afri­caine dont le com­po­si­teur Zé Manel Fortes (Gui­née-Bis­sau), les chan­teurs Wasis Diop (Séné­gal) et Abdou­laye Dia­ba­té (Mali), la sty­liste-cos­tu­mière séné­ga­laise Oumou Sy ain­si que la cho­ré­graphe fran­co-séné­ga­laise Ger­maine Aco­gny, indique la Fon­da­tion néer­lan­daise Prince Claus pour la culture et le déve­lop­pe­ment, ini­tia­trice du pro­jet, sur son site Inter­net.

Le per­son­nage-titre de « Bin­tou Wéré » est une jeune femme qui « prend la tête d’une expé­di­tion de jeunes Afri­cains déter­mi­nés à fran­chir les murs sépa­rant le Sahel de l’Europe », explique de son côté le site du Théâtre du Châ­te­let, qui accueille­ra le spec­tacle à Paris.

« Moi, je joue le rôle du pas­seur (…), un per­son­nage car­ré­ment dif­fé­rent de moi (dans la vie) mais c’est un grand plai­sir » de prendre part au pro­jet, a indi­qué Car­lou D.

Cet opé­ra, en deux actes, « a ras­sem­blé trois géné­ra­tions de chan­teurs sahé­liens de six pays : griots tra­di­tion­nels, chas­seurs, musi­ciens modernes, jeunes stars de pop », détaille l’écrivain tcha­dien Koul­sy Lam­ko, libret­tiste de la pièce.

La pre­mière mon­diale de l’opéra du sahel était ini­tia­le­ment pré­vue pour juin 2006 à Bama­ko, mais elle a été repor­tée de plu­sieurs mois à la suite du décès de Michel Mavros, co-fon­da­teur avec Oumou Sy du centre Metis­sa­ca­na qui co-orga­nise l’évènement.

« Il y a déjà eu des théâtres musi­caux, des bal­lets ou des films ins­pi­rés d’opéras, mais c’est une pre­mière dans le genre » en Afrique, avait décla­ré M. Mavros à l’AFP en mars 2006. Il est décé­dé en octobre.

Source : AFP

http://www.kayira.org/article103.html

http://www.bureauafrique.nl/quoideneuf/operadusahel

http://www.lefaso.net/forums/viewtopic.php?=&p=7972

A propos de Fabien

Après avoir travaillé le chant au Centre d’Arts Polyphoniques de Paris, il entre en 1995 au Conservatoire de Gagny où il est l’élève d’Evelyne Razimowsky en classe de Chant et de Jean-Louis Calvani en classe d’Art Lyrique. Il poursuit ensuite son perfectionnement avec Florence Montana au Conservatoire de Vincennes, puis au Conservatoire de Musique de Nouvelle Calédonie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.