Accueil / A voir / Dans notre série « Les beautés de l’opéra » découvrez le site de la très belle Isabel Bayrakdarian

Dans notre série « Les beautés de l’opéra » découvrez le site de la très belle Isabel Bayrakdarian

Isabel BayrakdarianAdmi­rée autant pour son éblouis­sante pré­sence sur scène que pour son éton­nante musi­ca­li­té, la sopra­no Isa­bel Bay­rak­da­rian a sui­vi le plus per­son­nel des par­cours. Elle réus­sit à mêler à sa car­rière inter­na­tio­nale d’opéra une enviable série de réci­tals, de concerts avec orchestre et de pro­jets ciné­ma­to­gra­phiques.

Applau­die aux opé­ras de Salz­bourg, Paris, Chi­ca­go, Toron­to — entre autres — dans des per­son­nages mozar­tiens aus­si excep­tion­nels que Susan­na (Le Nozze di Figa­ro), Zer­li­na (Don Gio­van­ni) et Pami­na (Die Zau­ber­flöte), Mme Bay­rak­da­rian est éga­le­ment célèbre pour ses inter­pré­ta­tions de réper­toires plus rares, tels que Ben­ve­nu­to Cel­li­ni de Ber­lioz et View from the Bridge de William Bol­com — ces deux œuvres au Metro­po­li­tan Ope­ra.

Elle est aus­si une inter­prète de Han­del de tout pre­mier ordre, ayant incar­né les per­son­nages de Cléo­patre (Giu­lio Cesare), Romil­da (Serse) et Emi­lia (Fla­vio) à Bruxelles, Paris et Dresde. Un autre rôle-fétiche pour Mme Bay­rak­da­rian est Rosi­na dans Il Bar­biere di Sivi­glia de Ros­si­ni, qu’elle a récem­ment chan­té au Lyric Ope­ra de Chi­ca­go et à la Cana­dian Ope­ra Com­pa­ny.

Isa­bel a com­men­cé ses études de chant alors qu’elle étu­diait l’ingénierie bio­mé­di­cale à l’Université de Toron­to. En 1997, elle reçut son diplôme d’ingénieur avec men­tion et gagna les Audi­tions du Conseil Natio­nal du Metro­po­li­tan Ope­ra. Depuis, la sopra­no cana­dienne d’origine armé­nienne a chan­té sur cer­taines des scènes les plus pres­ti­gieuses du monde, telles que Car­ne­gie Hall et le Lin­coln Cen­ter à New York et elle eu le pri­vi­lège de col­la­bo­rer avec des chefs aus­si illustres que Chris­toph Eschen­bach, James Levine, Niko­laus Har­non­court, Kent Naga­no, René Jacobs, Michael Til­son Tho­mas, Sir Andrew Davies, Richard Brad­shaw et le chef et vio­lo­niste Pin­chas Zuker­man.

Mme Bay­rak­da­rian peut être enten­due sur la bande sonore du film Le Sei­gneur des Anneaux : Les Deux Tours, un disque cou­ron­né par un Gram­my, ain­si que sur celle du film cana­dien Ara­rat, qui a reçu de nom­breux prix. Son pre­mier disque, Joyous Light, est rapi­de­ment deve­nu no 1 au Cana­da dans les hit-parades clas­siques en 2002 et son second disque, Azulão, a reçu le prix Juno 2004, l’équivalent cana­dien d’un Gram­my. Elle a reçu de nom­breux prix et autres récom­penses, en par­ti­cu­lier le pre­mier prix du concours « Ope­ra­lia » de Plá­ci­do Domin­go, la médaille du Jubi­lée d’Or de la Reine Eli­za­beth II, une Bourse du Conseil des Arts du Cana­da, le Prix Leo­nie Rysa­nek de la Fon­da­tion George Lon­don ain­si qu’une bourse hono­ri­fique du Conser­va­toire Royal de Musique de Toron­to.

A propos de Fabien

Après avoir travaillé le chant au Centre d’Arts Polyphoniques de Paris, il entre en 1995 au Conservatoire de Gagny où il est l’élève d’Evelyne Razimowsky en classe de Chant et de Jean-Louis Calvani en classe d’Art Lyrique. Il poursuit ensuite son perfectionnement avec Florence Montana au Conservatoire de Vincennes, puis au Conservatoire de Musique de Nouvelle Calédonie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.