Accueil / A voir / Nabucco de Verdi : du 3 au 8 juin 2018 à l’Opéra de Toulon

Nabucco de Verdi : du 3 au 8 juin 2018 à l’Opéra de Toulon

Après une période de sa vie particulièrement cruelle, faite de deuils et d’insuccès, Verdi a surmonté son désarroi en s’emparant du sujet biblique de Solera pour composer Nabucco.

Créé en 1842 à la Scala de Milan, le succès est phéno­mé­nal et propulse Verdi au premier rang des compo­si­teurs italiens. Très vite, les Milanais soumis à la domi­na­tion autri­chienne, font le paral­lèle entre leur situa­tion et celle du peuple juif sous le joug baby­lo­nien, telle que décrite dans l’opéra.

Le choeur « Va, pensiero » va prati­que­ment deve­nir un deuxième hymne offi­ciel pour de nombreux Italiens et Verdi l’un des chantres du Risorgimento. Nabucco est une fresque histo­rique animée par une éner­gie brute éton­nante. Le peuple Babylonien, repré­senté par le choeur, est omni­pré­sent, la vaillance et la déme­sure sont réser­vées à la volca­nique Abigaille dont la tessi­ture est meur­trière pour les sopra­nos. Le rôle de Nabucco fixe le proto­type du bary­ton verdien.

Distribution

Direction musi­cale Jurjen Hempel
Mise en scène Jean-Christophe Mast
Décors et Costumes Jérôme Bourdin
Lumières Pascal Noël

Abigaille Raffaella Angeletti
Fenena Julie Robard-Gendre
Anna Florina Ilie
Nabucco Sergey Murzaev
Ismaele Jesús León
Zaccaria Evgeny Stavinsky
Grand Prêtre de Baal Nika Guliashvili
Abdallo Frédéric Diquero

Orchestre de l’Opéra de Toulon

Chœur de l’Opéra de Toulon

Chœur de l’Opéra de Nice

Infos

Opéra en quatre parties de Giuseppe Verdi (1813–1901)

Livret de Temistocle Solera d’après Anicet- Bourgeois et Francis Cornu

Création : Milan, Teatro alla Scala, 9 mars 1842

Production Opéra de Saint-Étienne

Chanté en italien

Tarifs de 5 à 72 €

Réservation en ligne

A propos de Fabien

Après avoir travaillé le chant au Centre d’Arts Polyphoniques de Paris, il entre en 1995 au Conservatoire de Gagny où il est l’élève d’Evelyne Razimowsky en classe de Chant et de Jean-Louis Calvani en classe d’Art Lyrique. Il poursuit ensuite son perfectionnement avec Florence Montana au Conservatoire de Vincennes, puis au Conservatoire de Musique de Nouvelle Calédonie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.