Accueil / A voir / Opera Goven Garden, un festival d’art lyrique en Bretagne du 20 au 24 juillet 2009

Opera Goven Garden, un festival d’art lyrique en Bretagne du 20 au 24 juillet 2009

Goven Garden 2009A Goven (35) vil­lage de la cam­pagne bre­tonne à deux pas de la forêt mythique de Bro­cé­liande, forêt de Mer­lin l’Enchanteur, se dérou­le­ra du 20 au 24 juillet 2009, le fes­ti­val d’Art Lyrique OPERA GOVEN GARDEN.

Nous avons inti­tu­lé cette édi­tion « Cœurs de Femmes » car nous met­tons à l’honneur, cette année, les actrices lyriques avec des spec­tacles décoif­fants, plein d’humour, d” amour et de ten­dresse.

Bien déci­dés à faire décou­vrir cet art aux pro­fanes, mais aus­si à satis­faire les mélo­manes aver­tis, nous pro­po­sons au public une pro­gram­ma­tion éclec­tique et en dehors des sen­tiers bat­tus… pour un fes­ti­val à la cam­pagne c’était bien le moins que l’on puisse faire.

Infor­ma­tions et réser­va­tions sur arte-lirica.fr

 

Espace des Lavandières Lundi 20 juillet 2009 – 20h30
« La chevelure penchée »

La chevelure penchéeÀ tra­vers la suc­ces­sion des extraits de Bizet, Debus­sy, Bern­stein, Offen­bach, Mas­se­net, Stra­vins­ky, Ros­si­ni, Bach, le spec­tacle pré­sente la femme dans tous ses états d’âme : de la joie aux larmes, de l’aveu à la ten­ta­tion, de la malice au déses­poir… D’un corps fra­gile elles naissent toutes sou­cieuses de gar­der l’innocence du pre­mier jour et glissent tout dou­ce­ment vers leur vie, dési­reuses de décou­vrir de quelle voix elles se chauffent !

Mais d’amour en déses­poir, de folie pas­sa­gère en arma­da triom­phante, elles se laissent émou­voir et choir si funes­te­ment dans les bras de l’inconnu, ain­si va la vie ou l’amour d’une femme.

Tan­tôt clown tan­tôt larme, elles se dépeignent en mul­tiples facettes, de scène en scène, elles se montrent à tra­vers une seule qui est l’autre et chantent du fond de leur cœur l’univers étoi­lé de leur âme.

Jamais abat­tues, elles clignent du coin de l’œil leur tendre coqui­ne­rie, sen­suel­le­ment mélo­dieuses, et les voi­là che­vau­chant leur fidèle pia­no, en route vers d’irrésistibles fan­fa­ron­nades, hulu­lant de plai­sir à faire fré­mir leurs petites notes de musique.

Marie-Paule Bon­ne­ma­son, chant
Fan­ny Le Roy, pia­no
Elise Dubos, met­teuse en scène


Espace des Lavandières, mardi 21 juillet 2009 – 20h30
« Cœur d’opérettes »

Coeur d'opérettesInno­cence, roue­rie, sen­ti­ment éthé­ré ou gri­vois, vrai ou feint, il est mille façon d’aimer et de le mettre en musique !

Un réci­tal plein de charme et d’humour qui explore la « carte du tendre » à tra­vers les airs célèbres et les regards acé­rés d’Offenbach, Strauss, Mes­sa­ger, Satie et tant d’autres.

Du pre­mier coup de cœur d’une jeune fille en fleur à la luci­di­té désa­bu­sée de la femme d’expérience, en pas­sant par le cynisme de la femme fatale, Cœur d’opérette vous pro­pose un spec­tacle ludique et tendre autour d’une can­ta­trice et d’un pia­niste.

Tania Bracq, chant
Mathieu Bracq
, pia­no


Espace des Lavandières, mercredi 22 juillet  – 20h30
« La Cabane des Animaux »

La cabane des animauxConte lyrique et comique (enfants et… adultes)

« Je veux qu’on me bâtisse une musique où j’habite comme dans une mai­son » s’exclamait Coc­teau. Cette cita­tion embrasse la pen­sée de cer­tains com­po­si­teurs qui ont ten­té de « bâtir une musique » pour les enfants où « ils habi­te­raient » comme dans une mai­son, voire une cabane.

Mais quel est le monde qui fas­cine le plus les enfants quand ils sont petits ? N’est ce pas celui des ani­maux ? C’est ce que semble avoir com­pris nombre de com­po­si­teurs (Pou­lenc, Offen­bach, Lecocq, Wie­ner, etc.) qui ont choi­si l’animal comme cre­do du monde enfan­tin. Sen­si­bi­li­sés à leur ima­gi­naire, ils ont aus­si pui­sé dans des textes de poètes comme Robert Des­nos, Mau­rice Carême… ou des conteurs comme Jean de La Fon­taine pour leur créer un monde tout proche d’eux.

Dosage savant d’humour et de fraî­cheur, le monde ani­mal musi­cal est un très bon moyen pour les enfants et les adultes de décou­vrir la voix lyrique. Aus­si, voi­ci un spec­tacle où le chant lyrique est envi­sa­gé sous un angle ludique et inter­ac­tif. Ain­si, par l’entremise d’une intrigue acces­sible, on entre dans un monde plein de fan­tai­sie, de musique et de chant. Dans ce monde ima­gi­naire, les pia­nos parlent, des oiseaux dansent et l’on y ren­contre de drôles de machines.

Claire Mau­pe­tit , chant
Sté­phane Spi­ra
, pia­no
Mathilde Le Gal
‚met­teuse en scène
Xavier Durot,
Déco­ra­teur


La Chapelle de l’Hermitage, mercredi 22 juillet –13h00
Espace des Lavandières, mercredi 22 juillet – 21h00
« Poèmes à faire rougir »

Poèmes à faire rougirEt mon cœur à cela ne sor­tit pas un mot ,
Il com­prit sim­ple­ment , Quel était votre sort ,
Il com­prit que vous seul en déte­niez la clef ,
Que nul autre ici bas ne pour­rait vous aider…

Poèmes  d’une tou­chante sen­si­bi­li­té, l’amour et la dou­leur au coin des  mots, ce spec­tacle se situe dans la plus pure des tra­di­tions lyriques, pas­sant tour à tour de l’enthousiasme à l’élan de sen­ti­ments per­son­nels

C’est avec atten­tion qu’il faut écou­ter celle qui parle car elle est assez émue des faits qu’elle raconte, lais­sant écla­ter l’impétuosité et les mal­heurs de ses sen­ti­ments.

Accom­pa­gnée à la harpe cel­tique telle la lyre d’Apollon et d’Orphée, entre musique tra­di­tion­nelle et musique clas­sique, c’est le moment envoû­tant et fas­ci­nant du fes­ti­val.

Jeny Gre­nier , voix
Cathe­rine Bau­di­chet, harpe cel­tique


Cinéma « Le Bretagne » à Guichen (35), jeudi 23 juillet – 20h30
Tosca, film de Benoît Jacquot

Tosca, Benoît JacquotAvec Angé­la Geor­ghiu, Rober­to Ala­gna, Rug­ge­ro Rai­mon­di.

En 1800, à Rome, peu après la vic­toire de Napo­léon à Maren­go, Flo­ria Tos­ca, une chan­teuse napo­li­taine, accepte tous les sacri­fices pour l’amour de Mario Cava­ra­dos­si, un noble aux convic­tions libé­rales.

Mais celle-ci est cour­ti­sée par le baron Scar­pia, ministre de la police pon­ti­fi­cale Ce der­nier soup­çonne le peintre d’offrir l’hospitalité à son ami Ange­lot­ti, révo­lu­tion­naire éva­dé du châ­teau de Saint-Ange. Il attise la jalou­sie de Tos­ca à l’égard de la mar­quise Atta­va­ni, dont Cava­ra­dos­si fait le por­trait.

Film sui­vi de témoi­gnages de pro­fes­sion­nels de l’opéra (met­teur en scène, artiste lyrique, tech­ni­ciens etc.).

 

Espace des Lavandières, Vendredi 24 juillet – 19h00
« Opératissimo : Les grands airs d’opéra »

OperatissimoUn éclat de voix ! Sopra­no, mez­zo, ténor, basse, dans  des airs d’opéra pres­ti­gieux : c’est le feu d’artifice final offert par les solistes de l’ aca­dé­mie de chant…

Dans sa pro­gram­ma­tion, Opé­ra Goven Gar­den se devait de don­ner un espace à de jeunes solistes. Se pro­duire sur une scène pro­fes­sion­nelle, c’est aus­si pas­ser du rêve à la réa­li­té….

Solistes de l’Académie d’été, chant
Vio­laine Briand, pia­no


(Pro­gramme sous réserve de modi­fi­ca­tion)

A propos de Fabien

Après avoir travaillé le chant au Centre d’Arts Polyphoniques de Paris, il entre en 1995 au Conservatoire de Gagny où il est l’élève d’Evelyne Razimowsky en classe de Chant et de Jean-Louis Calvani en classe d’Art Lyrique. Il poursuit ensuite son perfectionnement avec Florence Montana au Conservatoire de Vincennes, puis au Conservatoire de Musique de Nouvelle Calédonie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.