Accueil / A lire / Paul Verlaine « C’est l’extase langoureuse »

Paul Verlaine « C’est l’extase langoureuse »

Paul Ver­laine  « C’est l’extase lan­gou­reuse »

C’est l’extase lan­gou­reuse,
C’est la fatigue amou­reuse,
C’est tous les fris­sons des bois
Par­mi l’étreinte des brises.
C’est, vers les ramures grises,
Le chœur des petites voix.

Ô le frêle et frais mur­mure,
Cela gazouille et susurre,
Cela res­semble au cri doux
Que l’herbe agi­tée expire.
Tu dirais sous l’eau qui vire,
Le rou­lis sourd des cailloux.

Cette âme qui se lamente
En cette plainte dor­mante,
C’est la nôtre, n’est-ce pas ?
La mienne, dis, et la tienne
Dont s’exhale l’humble antienne,
Par ce tiède soir, tout bas ?

Paul Ver­laine « Donc ce sera par un clair jour d’été »

Donc ce sera par un clair jour d’été.
Le grand soleil, com­plice de ma joie,
Fera par­mi le satin et la soie
Plus belle encore votre beau­té ;

Le ciel tout bleu, comme une haute tente
Fris­son­ne­ra somp­tueux, à longs plis,
Sur nos deux fronts qu’auront pâlis
L’émotion du bon­heur et l’attente ;

Et quand le soir vien­dra, l’air sera doux
Qui se joue­ra, cares­sant, dans vos voiles,
Et les regards pai­sibles des étoiles
Bien­veillam­ment sou­ri­ront aux époux !

Paul Ver­laine « Le pia­no que baise une main »

Le pia­no que baise une main frêle
Luit dans le soir rose et gris vague­ment,
Tan­dis qu’avec un très léger bruit d’aile
Un air bien vieux, bien faible et bien char­mant
Rôde dis­cret, épeu­ré qua­si­ment,
Par le bou­doir long­temps par­fu­mé d’Elle.

Qu’est-ce que c’est que ce ber­ceau sou­dain
Qui len­te­ment dor­lote mon pauvre être ?
Que vou­drais-tu de moi, doux chant badin ?
Qu’as-tu vou­lu, fin refrain incer­tain
Qui vas tan­tôt mou­rir vers la fenêtre
Ouverte un peu sur le petit jar­din ?

Paul Ver­laine « Il faut, voyez-vous…»

Il faut, voyez-vous, nous par­don­ner les choses
De cette façon nous serons bien heu­reuses
Et si notre vie a des ins­tants moroses,
Du moins nous serons, n’est-ce pas ? deux pleu­reuses.

Ô que nous mêlions, âmes sœurs que nous sommes,
À nos vœux confus la dou­ceur pué­rile
De che­mi­ner loin des femmes et des hommes,
Dans le frais oubli de ce qui nous exile !

Soyons deux enfants, soyons deux jeunes filles
Éprises de rien et de tout éton­nées
Qui s’en vont pâlir sous les chastes char­mil­les
Sans même savoir qu’elles sont par­don­nées.

Paul Ver­laine « L’hiver a ces­sé »

L’hiver a ces­sé, la lumière est tiède
Et danse, du sol au fir­ma­ment clair,
Il faut que le cœur le plus triste cède
A l’immense joie éparse dans l’air.

J’ai depuis un an le prin­temps dans l’âme,
Et le vert retour du doux flo­réal,
Ain­si qu’une flamme entoure une flamme,
Met de l’idéal sur mon idéal.

Le ciel bleu pro­longe, exhausse et cou­ronne
L’immuable azur où rit mon amour.
La sai­son est belle et ma part est bonne,
Et tous mes espoirs ont enfin leur tour.

Que vienne l’Été ! Que viennent encore
L’Automne et l’Hiver ! Et chaque sai­son
Me sera char­mante, ô toi, que décore
Cette fan­tai­sie et cette rai­son !

Paul Ver­laine « L’espoir luit comme un brin de paille »

L’espoir luit comme un brin de paille dans l’étable.
Que crains-tu de la guêpe ivre de son vol fou ?
Vois, le soleil tou­jours pou­droie à quelques trous.
Que ne t’endormais-tu, le coude sur la table ?

Pauvre âme pâle, au moins cette eau du puits gla­cé,
Bois-la. Puis dors après. Allons, tu vois, je reste,
Et je dor­lo­te­rai les rêves de ta sieste,
Et tu chan­ton­ne­ras comme un enfant ber­cé.
Midi sonne. De grâce, éloi­gnez-vous, madame.

Il dort. C’est éton­nant comme les pas de femme
Résonnent au cer­veau des pauvres mal­heu­reux.
Midi sonne. J’ai fait arro­ser dans la chambre.
Va, dors ! L’espoir luit comme un caillou dans un creux.

Ah, quand refleu­ri­ront les roses de Sep­tembre !

 

A propos de Fabien

Après avoir travaillé le chant au Centre d’Arts Polyphoniques de Paris, il entre en 1995 au Conservatoire de Gagny où il est l’élève d’Evelyne Razimowsky en classe de Chant et de Jean-Louis Calvani en classe d’Art Lyrique. Il poursuit ensuite son perfectionnement avec Florence Montana au Conservatoire de Vincennes, puis au Conservatoire de Musique de Nouvelle Calédonie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.